Partager :

Interviews

Cédric en mode flash-back

Publié le 28/05/2021

Avec la sortie de "Trop tôt pour toi, gamin !", Cédric fête cette année son 35e album ! Une aventure éditoriale unique, pour une série intemporelle, que Cauvin et Laudec revisitent pour nous en mode flash-back...

Après 6 premières dates parues dans Spirou, nous vous proposons en exclusivité 3 étapes supplémentaires.

Image
Cédric en mode flash-back
Body

– 2021 –
Cauvin : Dans "Trop tôt pour toi, gamin !", le 35e Cédric, on verra comme toujours Cédric entouré des objets qui font le quotidien d'un enfant d'aujourd'hui : ordinateurs, téléphones portables... C'est à Laudec qu'on les doit ! Car moi, si j'arrive généralement à faire correspondre Cédric à l'époque actuelle, je fais un vrai blocage sur les jouets. Si ce n'était que moi, les enfants continueraient à jouer aux osselets ! Laudec leur rajoute donc des tablettes et des smartphones...

– 1994 –
Laudec : En 1994, Raoul Cauvin et moi avons sorti une nouvelle série : Taxi Girl, les aventures d'une chauffeuse de taxi à Paris, dessinées dans un style plus réaliste. À cette époque, j'avais envie de sortir un peu de Cédric, mais aussi de dessiner une héroïne, tant j'avais été frustré de ne dessiner que des décors, lorsque j'étais assistant de Walthéry sur Natacha. Raoul m'a donc proposé le concept de Taxi Girl. Puis nous sommes partis à Paris, où nous avons passé des journées à rouler en taxi pour écouter les anecdotes des chauffeurs ! Trop pris par Cédric, j'ai abandonné Taxi Girl au bout de deux albums.

Taxi Girl

– 1989 –
Laudec : Cette année-là sortait "Premières classes", le tome 1 de Cédric. Je m'en souviens très bien ! J'avais reçu quelques exemplaires avant qu'il ne soit en magasin, et c'était un bonheur total. Quelques jours plus tard, j'étais allé traîner en librairie, afin de voir notre premier Cédric exposé. Si j'estimais qu'il n'était pas assez mis en valeur, je déplaçais parfois les piles, sur les tables de nouveautés ! (rires)

Cauvin : Certains dessinateurs sont obligés de se forcer afin d'obtenir un dessin plein de douceur et de gentillesse. Chez d'autres, ça coule de source. Tony est de ceux-là, et l'a prouvé dès le premier Cédric.

Cédric, tome 1

– 1986 –
Laudec : Avant d'être auteur de BD à plein temps, je travaillais en tant qu'électronicien. Lorsque j'ai voulu quitter ce métier pour me consacrer au dessin, j'ai demandé à mon directeur de me licencier, afin de partir avec un peu d'argent, pour me lancer... Il m'a demandé quinze jours de réflexion. À la fin de cette période, le directeur, séduit par mon projet de reconversion dans la BD, a accepté de me licencier, j'étais fou de joie ! À ce moment il a sorti de son attaché-case un album de L'an 40, série que j'avais réalisée avec Mittéi, que je lui ai dédicacé avec plaisir. Quelques années plus tard, ce même directeur a acheté une planche de Cédric dans une vente de bienfaisance, sans savoir que j'en étais l'auteur. Il me connaissait sous mon vrai nom, pas sous le pseudonyme de Laudec !

Vous avez aimé cet article ?

Vous aimez cet article ! Merci !

00:00 --:--