Partager :

Interviews

Le nouveau Bravo en 3 mots (bonus !)

Publié le 29/01/2021

Après nous avoir livré, dans le journal Spirou, 5 mots comme autant de portes d'entrée vers "Un départ vers la fin", troisième volet de L'espoir malgré tout, Émile Bravo vous révèle en exclusivité pour spirou.com 3 mots supplémentaires !

Image
Le nouveau Bravo en 3 mots (bonus !)
Body

INGÉNU : Malgré toutes les horreurs autour de lui, Spirou va encore rester ingénu un certain temps... Il faut se replacer dans le contexte : certes, la Belgique est occupée, il ne mange pas à sa faim et voit bien que ses libertés sont restreintes. Mais Spirou se comporte comme la plupart des gens l'ont fait à cette époque : il cherche avant tout à survivre. Ce qui fait qu'il ne voit par exemple pas que la résistance s'organise autour de lui. Il faut dire qu'en 1942-1943, la résistance était encore perçue par la population comme une réalité abstraite. De plus Spirou est trop jeune pour être concerné par le STO – le Service du travail obligatoire, qui obligeait les hommes à partir travailler en Allemagne, ce qui les poussait à se rebeller et prendre le maquis. La réalité de l'oppression nazie, Spirou la vit avant tout à travers Félix et Felka, ses deux amis juifs à qui il porte secours. C'est toutefois dans Un départ vers la fin que notre ingénu va comprendre que l'innocent spectacle de marionnettes qu'il anime avec Fantasio sert à d'autres fins...

Le Spirou d'Émile Bravo

NAZIS : J'ai parfois l'impression que certains auteurs de bande dessinée, même en voulant dénoncer le nazisme, restent graphiquement fascinés par son imagerie, avec tous ces emblèmes, ces insignes et ces uniformes. C'est un piège que nous a légué le nazisme... C'est pour cette raison que je préfère représenter la soldatesque nazie par un trait charbonneux et ombré, qui apporte une pesanteur froide, inquiétante, et me permet d'évoquer la perception qu'en avaient les populations qui subissaient leur joug. Graphiquement, je traite les soldats comme du matériel de guerre... Ils sont du matériel de destruction, où l'humanité disparaît derrière l'uniforme.

Le Spirou d'Émile Bravo

IGNORANCE : Je suis persuadé que le totalitarisme est engendré par l'ignorance qui génère le repli sur soi et la peur de l'autre. La culture permet de se connaître soi-même, de s'émanciper pour ne pas se laisser désigner de bouc émissaire, comme le furent les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, les migrants aujourd'hui ou qui sais-je demain. En résumé, l'Histoire, c'est nous... Il faut donc se confronter à notre passé pour se comprendre et éviter de reproduire ce qu'il y a de pire en nous. C'est bien beau d'être humaniste, mais encore faut-il savoir pourquoi on l'est. C'est au fond ce que raconte mon Spirou.

Le Spirou d'Émile Bravo

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous aimez cet article ! Merci !

2 commentaires

Membre Spirou.com
Prénom
David
djmv33
dim 31/01/2021 - 10:31

Merci pour cet interview et ce rappel sur l’ignorance qui continue de conduire nos sociétés à reproduire les erreurs du passé. C’est d’autant plus dommage que nous avons toujours plus d’accès à la culture et à la connaissance. 

Membre Spirou.com
Prénom
Domonkos
DomonkoSz
jeu 04/02/2021 - 18:28

Monsieur Émile Bravo,

J'aime beaucoup votre travail et apprécie particulièrement celui que vous faites sur le jeune Spirou pris dans la tourmente de la 2ème Guerre Mondiale. Il y a beaucoup de justesse dans ce que vous écrivez et dessinez, même si certaines choses seraient discutables.

Mais je vais me contenter d'un seul reproche, que je trouve trop grave pour être passé sous silence : vous ne devez pas, "vous ne pouvez pas" rapprocher de près ou de loin le sort des Juifs dans l'Allemagne nazie et celui des "immigrés" dans l'Europe de 2021. C'est à la fois une erreur  historique tragique avec une caractère insultant.

C'est sans doute une maladresse, en voulant faire un raccourci, mais cela a des résultats catastrophiques.
Mesurez-vous la portée de vos propos ? Voudriez-vous dire que les immigrés d'aujourd'hui sont menés dans des chambres à gaz ou bien ue les Européens d'aujourd'hui seraient des nazis ?

J'en suis désolé. Je vous aime beaucoup et vous salue amicalement. 

00:00 --:--